Connexion

Pour vous inscrire, veuillez contacter notre modératrice en cliquant ici.



Partenaires du projet

REQUEST, transition vers la durabilité et réhabilitation de quartiers existants

Objectif général

Le projet REQUEST, dans le cadre du programme INTERREG V (axe 2, objectif spécifique 5), a pour but de mettre en place un dispositif et une équipe interdisciplinaire et transfrontalière autour de l’évaluation, le suivi, la valorisation et l’accompagnement de projets de quartiers en voie de réhabilitation en France et en Suisse. Ce projet permettra d’enrichir les compétences développées jusqu’à ce jour en matière de suivi et d’évaluation des quartiers durables (neufs), en intégrant la question des quartiers existants à rénover et à redynamiser, en valorisant les retours d’expériences suisses et français et en favorisant la compréhension et les pratiques communes de part et d’autre de la frontière. Le projet REQUEST, en s’appuyant sur un centre de compétences (réseau de partenaires, plateforme, centre de ressource, dispositif d’analyse), met en place une cellule d’aide à la planification auprès des collectivités publiques en vue d’élaborer des stratégies de revitalisation et réhabilitation des quartiers urbains sous l’angle de la durabilité. La finalité de telles démarches est d’améliorer le cadre de vie et réduire les nuisances (pollutions issues de la combustion des énergies, bruit), rendre plus attractifs ces quartiers pour les habitants et lutter in fine contre l’étalement urbain.

Vue synoptique

REQUEST s'inscrit dans le cadre du Centre de compétences en urbanisme durable pour les régions transfrontalières, développé dans le précédent projet sQUAD. Le projet REQUEST comporte deux composantes principales : l'une consiste à accompagner des projets par une équipe d'experts pluridisciplinaire et transfrontalière et l'autre à enrichir l'observatoire.

Problématique et enjeux

La question des quartiers durables est aujourd’hui omniprésente dans les processus d’aménagement du territoire à l’échelle des collectivités, aussi bien en Suisse qu’en France. Plusieurs programmes d’encouragement et instruments sont proposés au niveau national depuis plus de 5 ans : les appels à projet écoquartiers en 2009 et 2011 en France et le nouveau label écoquartier; les outils et démarches Quartiers Durables (ARE, OFEN) et Sites 2000 watts (OFEN) en Suisse. La Région Rhône-Alpes a également initié des appels à projet et organise régulièrement des rencontres Quartiers Durables avec les collectivités et les professionnels.

Ces initiatives se focalisent généralement sur des quartiers plutôt emblématiques, avec une recherche de qualité bien supérieure aux exigences actuelles, mais tendent tout de même à se ‘démocratiser’ pour tout nouveau quartier. Néanmoins, la notion de quartier durable renvoie presque systématiquement à la construction de nouveaux bâtiments dans le cadre d’extensions sur des zones agricoles contrôlées, de réhabilitation et de valorisation de friches urbaines, industrielles, ferroviaires ou encore militaires. Pourtant, ces quartiers durables récents ou futurs ne constituent qu’une infime partie des tissus bâtis et urbains globaux actuels et futurs. Qu'en est-il des quartiers existants qui ne sont pas nécessairement en projet et qui, pourtant, auraient besoin d’un certain nombre d’interventions pour améliorer le cadre de vie de leurs habitants, impliquant des travaux de rénovation au sens énergétique et architectural, mais aussi, plus globalement, d’autres actions en matière de durabilité (mobilité, usages, liens sociaux, gouvernance, etc.). En matière d’aménagement du territoire, il y a un certain vide réglementaire concernant les quartiers existants et leur mise à niveau par rapport aux différents critères de la durabilité (si ce n’est des domaines techniques sectoriels comme le bruit). L’aménagement du territoire réglemente, à travers des plans de quartiers, uniquement les projets de constructions neuves, d’extension, de densification (zones villas par exemple) et de réhabilitation de friches urbaines (impliquant des déconstructions/reconstructions). Etant donné la dégradation du cadre de vie dans certains quartiers urbains parmi d’autres facteurs, les résidents sont ainsi toujours plus tentés de s’établir à l’extérieur des centres urbains, contribuant ainsi au fort étalement urbain observé dans certaines régions.

Dans ce contexte, l’objectif de REQUEST est bien d’élargir le champ d’analyse pour viser également des quartiers moins emblématiques et, notamment, des projets de réhabilitation urbaine et de transition vers la durabilité, ce qui soulève un certain nombre d’enjeux.

Quartiers pilotes

Ci-après une carte regroupant tous les quartiers pilotes des projets Interreg valorisés sur cette plateforme. En jaune, les 7 quartiers pilotes de REQUEST.

Canton de Genève (GE) / Ville d’Onex

Le quartier sélectionné est Onex-Cité constitué d’une vingtaine de barres d’immeubles de haut gabarit datant des années 60 aux qualités patrimoniales indéniables et offrant composition équilibrée en termes de morphologie et de gabarit. La marge de manoeuvre de la Commune est relativement faible, la plupart des immeubles appartenant à des privés. Le quartier nécessite une réhabilitation tant au niveau énergétique qu’architecturale tout en préservant et redynamisant la vie du quartier au niveau de la mobilité et des espaces publics. Le projet REQUEST contribuera à élaborer une vision directrice et coordonnées des actions nécessaires à mener dans le quartier, sous l’angle d’une approche non pas uniquement technique-bâtiment, mais dans une vision de planification énergétique territoriale et environnementale intégrée et concertée.

20170525 photo onex cite

Grand Genève – Annemasse (département de la Haute-Savoie)

Le cas pilote côté français du Grand Genève porte sur les projets de requalification et de développement de la ZAC Etoile Annemasse Genève. Il s’agit de travailler sur les articulations entre requalification de l’existant et nouvelles constructions. Plus précisément, de participer à la structuration des contenus d’un pôle de formations supérieures en lien avec le quartier par l’intégration, à termes, de plusieurs établissements. Pour accompagner sa programmation, il s’agira de définir, à l’échelle du pôle et en continuité des équipements existants et de ceux à concevoir, les services et infrastructures nécessaires : logements étudiants, équipement et animations culturels, activités économiques de proximité. Il s'agira aussi de réfléchir à la manière dont les nouveaux développements à Etoile peuvent contribuer à la transition énergétique, et plus globalement, à la durabilité des ensembles bâtis existants. Le projet REQUEST permettra d’alimenter cette démarche et de produire des propositions, grâce à l’apport d’expertise des partenaires transfrontaliers. Les services d’Annemasse Agglo seront associés aux rendus et aux actions de capitalisation du projet.

Canton de Neuchâtel (NE) – Ville du Locle

Un quartier périphérique construit entre 1940 et 1970 aux franges sud-ouest de la petite ville frontalière du Locle a été choisi pour son intérêt. Il s’agit du quartier d’habitation les Jeanneret/Corbusier, constitué d’une trentaine d’immeubles locatifs caractéristiques du mouvement moderne en architecture, abritant une population d’environ 1700 habitants. Les bâtiments du quartier sont vieillissants et des rénovations sont nécessaires. Si le quartier attire aujourd’hui encore une population variée par ses bas loyers et l’accessibilité financière des propriétés, il n’en reste pas moins que le quartier n’est pas dynamique et peu investi par ses habitants. Le quartier manque de services à la personne, de commerces de détail et de lieux de rencontre. Un état des lieux des aménagements et des espaces publics et des propositions pourraient améliorer la situation vécue du quartier.

Ville de Besançon (département du Doubs)

Le quartier choisi se situe au sein de la ville de Besançon, à proximité immédiate de l’hyper centre-ville. Ce quartier, nommé Battant, présente des caractéristiques de quartier populaire aux qualités architecturales similaires au centre-ville historique. Il est identifié dans le contrat de ville de Besançon comme quartier en veille active en raison : de sa dévitalisation commerciale récurrente, de son bâti dégradé appartenant à des propriétaires non occupant, au vieillissement de sa population. Le but sera de fournir des recommandations sur la transition énergétique (tenant compte des contraintes patrimoniales) et le traitement des îlots de chaleur et de les intégrer dans les documents réglementaires d’urbanisme.

Ville de Maîche (département du Doubs)

Le quartier sélectionné "secteur sous Montjoie" se trouve à proximité du centre et fait l’objet de plusieurs enjeux : bâti dégradé, mobilité (contraintes déplacements), gestion de l’eau pluviale, capacités de densification (dents creuses, friches). A une échelle plus large, l’expérimentation s’inscrit dans les démarches actuellement en cours et portées par le pays horloger : candidature pour la création d’un parc naturel régional et élaboration d’un document de planification (SCoT).

Vue rue des Maroonniers a

Canton de Vaud – Ville de Montreux

Il s’agira de proposer une vision directrice spécifique de réhabilitation urbaine pour les quartiers existants de Montanivent et des Taux, en se référant aux objectifs et aux fiches d’intervention présentées dans le PDCom ainsi que sur la déclaration d’engagement sur la voie d’un développement durable de Montreux.

Le Mont-sur-Lausanne (VD)

 Ce cas d’étude propose de s’intéresser à la configuration du Petit Mont. Le quartier est situé en zone de village et se compose de bâtiments résidentiels, de quelques commerces et d’une place. Il est entouré par des zones de villas, de verdure et d’aménagements d’utilité publique. Dans ce contexte, il s’agira de fournir les axes directeurs en matière de réhabilitation durable de ce quartier. Cette démarche sera réalisée en accord avec les axes de la politique énergétique de la Commune du Mont-sur-Lausanne qui vise à contribuer fondamentalement à réduire les besoins, à promouvoir les énergies renouvelables, à renforcer l’efficacité énergétique, à assurer un approvisionnement durable de la commune et à gérer durablement la mobilité.