Actualités

Le projet REQUEST s'est terminé fin janvier 2019.

Vous pouvez télécharger ci-contre les rapports finaux  sous la rubrique _REQUEST_

Le site www.eco-obs.net reste actif: n'hésitez pas à nous communiquer vos idées de quartier à valoriser et vos propositions d'article Wiki.

Contact: Contact

 

 

 

Connexion

Pour vous inscrire, veuillez contacter notre modératrice en cliquant ici.



Auteur: Julie Villard  
Ecoquartier créé le 26 June 2015, modifié le 28 October 2015

Le quartier:

L’éco quartier Bastille est né d’un projet de renouvellement urbain. Situé à Fontaine, commune de l’agglomération grenobloise comptant plus de 22 000 habitants, cet éco quartier est idéalement localisé, à 5 minutes de la gare de Grenoble en tramway et 15 minutes de l’hyper centre de l’agglomération.

Le projet Bastille, porté par la ville et ses habitants, comprend la démolition de 124 logements, la construction de 224 logements et le développement de 1000 m² de surfaces commerciales. Il assure ainsi une bonne mixité fonctionnelle (équipements, services publics, commerces, logements…).

Ce projet d’éco quartier a été lancé en 2003 et associe de nombreux partenaires : l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), le Conseil Régional de Rhône Alpes (CRRA), la Caisse des Dépôts

et Consignations (CDC), le Département de l’Isère, Grenoble Alpes Métropole, l’Agence Locale de l’énergie et du Climat, le PACT de l’Isère… Il est aménagé dans le cadre d’une ZAC, au travers d’une convention ANRU.

Caractérisitques du projet:

Localisation: 1 Place de la Commune de Paris  38600  Fontaine, France
Page web de l'opération: http://ville-fontaine.fr/grands-projets/bastille
Type de projet: Transformation  Procédure: Opération de renouvellement urbain (F)
Contexte urbain: Ville ancienne dense


Taille de l'écoquartier: Superficie de l'opération (emprise) 69600 m²
Coefficient d'occupation des sols 0
Nombre de logements:224
- Maisons individuelles0
- Logements collectifs224
Surface brute de plancher totale0 (m²)

Les surfaces ci-dessous sont calculées en SHON
Surface Résidentielle (habitat collectif)0 (m²)
Surface Résidentielle (habitat individuel)0 (m²)
Surface Commerces1000 (m²)
Surface Tertiaire/Service/Administration0 (m²)
Surface Etablissements publics/Ecoles0 (m²)
Surface Artisanale0 (m²)

À l'origine:

Urbanisé dans les années 60, le secteur Bastille se trouvait enclavé, avec un parc de logements dégradés et une population souvent précarisée. Ce quartier, proche des transports en commun, riche en équipements publics et accueillant une population relativement jeune, renvoyait une image peu attrayante. C’était finalement « un espace sans cohérence qui s’était constitué au fur et à mesure des opportunités foncières ». Les bailleurs sociaux souhaitaient détruire un ou deux immeuble(s) présent(s) sur le quartier et amorcèrent ainsi les premières réflexions.

Un projet de renouvellement urbain est finalement lancé en 2003. Ce projet s’intègre dans le programme de renouvellement urbain de l’agglomération grenobloise. Le quartier est inscrit dans la géographie prioritaire de la politique de la ville. Il est soutenu par l’ANRU au titre du Programme national de Rénovation urbaine.

Objectifs du projet:

Améliorer l’offre en logements tout en favorisant la mixité sociale et fonctionnelle

La démolition des 124 logements sociaux présents autrefois au sein du quartier a permis de renouveler l’offre en logement : la construction des 126 logements locatifs sociaux, les 49 logements en locatif libre ainsi que les 37 logements en accession à la propriété a permis de diversifier l’offre en logement, dans le but d’impulser une certaine mixité sociale. L’offre créée répond également d’avantage aux aspirations actuelles des ménages (petites unités d’habitation, davantage résidentialisées…). La création d’espaces commerciaux et de services en RDC des immeubles d’habitation, ont également permis d’impulser une certaine mixité fonctionnelle.

Mieux intégrer le quartier en renforçant ses liens avec l’existant

Le boulevard Joliot Curie, comme le montre le plan ci-après, a entièrement été réaménagé. Les liaisons avec l’extérieur du quartier ont également été renforcées, notamment en direction des pôles attractifs déjà existants (traversée piétonne sécurisée, axes de liaison requalifiés, plus agréables à emprunter…). Enfin, la circulation et les cheminements au sein même du quartier ont également été repensés (cheminement piéton, voies cyclables, maillage vert, passage de certaines rues en sens unique, création de zones 30…)

 

Améliorer le cadre de vie et les liens sociaux au sein du quartier afin de transformer durablement son image

Le parc Villon, situé au nord ouest du quartier, a été réaménagé : ce grand espace vert est facilement accessible depuis les diverses habitations du quartier. Une salle de quartier (place de la Bastille) et des locaux associatifs ont également été réalisée à travers ce projet. La création d’une place centrale a également permis de définir la centralité du quartier.

Enfin, les aménagements extérieurs, plus qualitatifs et attrayants redonnent un nouvel élan au quartier (jardins familiaux, aires de jeux pour enfants…).

Points forts

  • Une concertation forte et continue avec les habitants, instaurée depuis le début du projet
  • Des suivis à mi-parcours qui permettent d’évaluer le projet au cours de sa réalisation
  • Un projet de renouvellement urbain qui prend en compte et s’intègre à l’existant (tant d’un point de vue bâti qu’humain)
  • Le Quartier Bastille participe à la lutte contre le réchauffement climatique par l’urbanisation du secteur: développement des modes doux, réhabilitation thermique de certaines copropriétés, bâtiments neufs répondant aux normes BBC ou THPE, installation d’une chaufferie bois, une stratégie de trame verte et bleu intra-urbaine

Points à renforcer

  • Les loyers des logements neufs sont souvent plus élevés que les anciens loyers pratiqués dans le parc ancien (point pouvant être problématique, en particulier pour des ménages à très faibles ressources).
  • L’offre en transport en commun a légèrement été dégradée suite à la réorganisation du réseau de transport en commun de l’agglomération grenobloise (suppression d’une ligne de bus).

Principales étapes

2004-2008 : Concertation des habitants du quartier, du diagnostic partagé au projet urbain.

Mars 2008 : Signature de la convention ANRU.

Juin 2008 : Inauguration de l’Etabli, lieu d’information et de concertation, sortie du premier numéro du journal du même nom.

Automne 2008 : Déconstruction des premiers bâtiments.

Mars 2009 : Début de la construction et pose de la première pierre.

Juin 2009 : Signature « grand public » de la charte de relogement pour formaliser la mobilisation opérationnelle de tous les partenaires, réservataires et bailleurs sociaux.

Décembre 2009 : Concours “grand public” pour la recherche de noms des nouveaux espaces publics et bâtiments.

Fin 2009 : Travaux d’aménagement des espaces publics.

Juin 2010 : Grande fête de quartier et inauguration du parc Villon.

Septembre 2010 : Ateliers de conception tranche 2.

Décembre 2010 : Livraison des bâtiments de la tranche 1.

Février 2011 : Accueil festif des nouveaux arrivants - présentation des aménagements du quartier.

Mars 2011 : Livraison des premiers bâtiments

Juin 2011 : inauguration du pôle commercial Bastille

Décembre 2013 : Fin de l’opération de rénovation urbaine Bastille

Réalisations et indicateurs clés:

Ce projet s’inscrit dans un projet d’ensemble de renouvellement urbain. Le quartier étant déjà habité, 124 familles ont du être relogées à travers des opérations tiroirs, mais pourront continuer à habiter leur quartier. Ce projet à permis :

  • La construction de 224 logements (126 logements locatifs sociaux, 49 locatifs libre, 37 en accession)
  • La rénovation du centre social Romain Rolland, selon les normes BBC
  • La réhabilitation de 3 copropriétés privées fragilisées
  • Un aménagement qualitatif des espaces extérieurs (jardins familiaux, aires de jeux, développement d’un maillage vert…)
  • Un nouveau maillage de l’ensemble du quartier (cheminements piétons, voies cyclables, zone 30…)

 

Une concertation et une coproduction réussies

Une concertation avec les habitants est mise en place dès le début de l’opération. Elle associe divers acteurs : bailleurs sociaux, professionnels socio-éducatifs, architecte, etc. Les enjeux de la concertation sont nombreux :

  • Rendre les habitants acteurs du projet collectif de transformation de leur quartier
  • Favoriser un relogement bien accepté
  • Permettre l’émergence de dynamiques en termes de vie sociale
  • Faciliter l’appropriation par les habitants de leur cadre de vie et des processus de transformation en cours
  • Informer lors de chaque étape clef du projet et donner un maximum de visibilité sur les actions engagées par la ville et ses partenaires

Divers outils ont été utilisés pour animer cette démarche participative, en fonction des différentes phases du projet : web radio, atelier urbain, création de « l’établi » (lieu de vie et d’information permanent) et du journal éponyme, temps  festifs, réunion publique, charte du relogement…

Cette démarche a permis l’appropriation du projet et l’acceptation des changements sur la vie du quartier.

 

Des espaces publics de qualité

Ce projet a permis de créer une place centrale au quartier Bastille : cette place ouverte sur le boulevard Joliot-Curie, aménagée pour être attractive (présence de commerce, grand espace public…) crée une véritable centralité au quartier. Un effort a également été porté en direction du développement d’un maillage vert : 174 arbres, 650 arbustes, 7 150 unité de vivaces, 650 m² de prairie. Enfin, le réaménagement du parc Villon a permis sa mise en valeur : jeux pour enfants, espace vert…

 

Une meilleure mobilité au sein du quartier mais aussi vers l’extérieur

De nombreux aménagements, afin d’encourager l’utilisation des modes de déplacement doux, ont été réalisés à travers ce projet d’éco quartier : aménagement de cheminements piétons, création de local à vélo (1.5 m² / logement), de voies cyclables et limitation en zone 30 de l’ensemble du quartier. L’ensemble des bâtiments ont directement accès à l’espace piéton. La place de l’automobile est contrainte au sein du quartier. Les lignes de bus Chrono C6 et 19 desservent le quartier et permettent aux habitants de se rabattre sur les lignes de tramway A et C, à plus forte fréquence.

 

L’installation d’une chaufferie bois

Le choix a été fait, en concertation avec les habitants, d’installer une chaufferie bois pour répondre aux besoins de chauffage des logements. Cette chaufferie a pour objectif de répondre à 90 % des besoins en chauffage des logements et devrait permettre une meilleure maîtrise des charges pour les habitants du quartier. Le bois, servant à alimenter la chaufferie est originaire du sud-est de la France. Livré sous forme de déchiqueté, il proviendra pour 77 % d’une valorisation des déchets industriels et de scierie et pour 23 % de forêts (bois certifié PEFC, ISO 14001), afin de diminuer la pression sur l’environnement.

En hiver, le réseau assurera le chauffage et l’approvisionnement en eau chaude sanitaire des logements. En dehors de cette période, la production d’eau chaude sera produite en majeure partie par des installations solaires thermiques. Ces choix énergétiques garantissent une meilleure maîtrise des charges pour les habitants du quartier.

 

Des bâtiments pensés pour être performants

Les nouveaux bâtiments sont orientés de manière à optimiser les apports solaires passifs dans les appartements : de larges baies vitrées apportent un ensoleillement naturel et un apport calorique passif. Des persiennes amovibles sont toutefois installées sur les balcons orientés au sud.

9 bâtiments sur 13 ont le label Très Haute Performance Energétique (THPE). Les autres répondent à la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation). La végétalisation des toitures apporte un effet tampon pendant la période estivale, une bonne qualité paysagère, une absorption et régulation des eaux de pluie.

Enfin, la rénovation thermique des copropriétés voisines, qui a fait l’objet d’un important travail de négociation entre la mairie et les copropriétaires, apporte une performance énergétique accrue à ces bâtiments et évite leur déqualification face aux logements neufs.